Qui sommes nous ?    Contactez nous    Liens utiles
   Actu Lilloise
   A la découverte de Lille
   Venir et se déplacer à Lille
   Vos commerçants Lillois
   Les Unions Commerciales
Balades à Lille

LES EDIFICES CIVILS

Palais Rihour
Il est l'unique témoin architectural de l'époque où les Ducs de Bourgogne régnaient sur Lille. Commencé en 1453 par Philippe Le Bon, il est terminé 20 ans plus tard. Racheté en 1664 par le magistrat pour en faire leur Hôtel de Ville. Ce bâtiment brûle accidentellement en1916. Seul l'escalier d'honneur du Duc Philippe le Bon, adossé à la chapelle échappe au sinistre. C'est un des rares vestiges lillois de l'architecture gothique flamboyant, dont témoigne au rez-de-chaussée la somptueuse salle des gardes, et à l'étage, l'immense salle du conclave, percée de niches aux armes des ducs de Bourgogne. Une lourde porte mène à la sacristie, illuminée par des vitraux.
Il est le siège de l'Office du Tourisme de Lille.

Vieille Bourse
C'est incontestablement le plus beau monument de la ville construit de 1652 à 1653. Il est composée de vingt-quatre maisons identiques qui entourent un cloître. L'œil est attiré par la variété infinie des cariatides qui ornent les pilastres. La même opulence se retrouve dans le décor des fenêtres, aux frontons tantôt courbes ou triangulaires, ornés de cartouches, de guirlandes et fruits charnus, à la manière de la Renaissance Flamande. Il accueille dans sa cour tous les après-midi (sauf le lundi) des bouquinistes et des joueurs d'échecs. En été, des démonstrations de tango.

Grand Garde
Construite en 1717, c'était le regard du roi de France au centre de la ville, représentée par un corps de garde, alors que l'armée était logée dans la Citadelle. C'est surtout l'introduction d'une nouvelle architecture, classique dans une ville flamande de brique et de pierre. On reconnaît d'ailleurs dans le fronton triangulaire le soleil de Louis XIV, et, de part et d'autres, les armoires de France et de Lille.
C'est actuellement le siège du Théâtre du Nord.

Opéra
Le théâtre actuel, de style néo-classique, présente une décoration somptueuse, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur (architecte L.M. Cordonnier). Lalo, Bizet, Massenet, furent au programme de son inauguration en 1923. Sur le fronton surmontant la façade, Apollon entouré de ses muses est l'œuvre de Hippolyte Lefébvre ; à gauche l'allergorie de la musique est due au sculpteur Alphonse Cordonnier, à droite la tragédie du sculpteur Lemaire.


.

Chambre de Commerce et d'industrie
Louis-Marie Cordonnier fut chargé de sa construction en même temps que celle de l'Opéra.
Dans le style néo-régionaliste, elle reprend les éléments du Beauregard qui lui fait face dans un ensemble plus monumental. Le Beffroi d'une hauteur de 76m est le symbole de la puissance des cités marchandes.

Rang du Beauregard
Ensemble de maisons privées, élevées sur trois niveaux et typiques de l'architecture lilloise de la fin du XVIIème siècle. En effet, en 1674, dans le but d'imposer une certaine homogénéité des maisons, la ville décréta que tout plan de façade serait soumis à l'approbation de la Municipalité. Ces lois expliquent la surprenante uniformité des rues et des maisons entourant la Grand'Place, où seuls varient les détails d'ornementation et de couleur. Ici, les trumeaux-pilastres se lancent à la verticale et se terminent par des têtes d'anges, encadrées par des médaillons.

Hôtel de Ville
L'hôtel de Ville est construit entre 1924 et 1932 par l'architecte Emile Dubuisson. Il s'est inspiré de la tradition de construction flamande avec ses maisons à pignons triangulaires, tout en utilisant un matériel résolument moderne : le béton armé.
Symbole de liberté des villes du Nord, le beffroi, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, domine la région de ses 104 mètres. Sur son socle sont sculptés les deux géants fondateurs de la ville : Lydéric et Phinaert.

Maison Coilliot
Superbe témoignage d'Art nouveau, cette maison est signée Hector Guimard, connu surtout pour ses réalisations dans le métro parisien. Cette maison a été imaginée à la demande du céramiste Coillot, soucieux de mettre en valeur son propre savoir-faire. D'où les jeux d'émail sur cette façade atypique.

Euralille
Quartier résolument moderne conçu ex-nihilo en 1994, les meilleurs architectes de la fin du XXème siècle ont glissé entre les deux gares la touche d'élégance futuriste qui manquait à Lille.
Le viaduc Le Corbusier offre une vue d'ensemble sur la tour du Crédit Lyonnais (architecte Christian de Portzamparc) en forme de "chaussure de ski", la tour Lille Europe (architecte Claude Vasconi) et le centre commercial (architecte Jean Nouvel) reconnaissable à son toit. Un peu plus loin, Rem Koolhaas a réalisé Lille Grand Palais, vaste ellipse posée sur des piliers.

.
  | Mentions Légales | Plan du Site | © Destination Lille 2006 |